Accueil
sommaire
Le contexte en 1939,
Les causes de la débacle de 1940
La vie au régiment Lunéville
La déclaration de guerre
de l'Alsace à la Belgique
l'attaque allemande
Prisonnier !
Trajet à travers le Reich
le stalag
la vie à la ferme
la libération et le retour
épilogue
Photos
Bernard DanielLamaziere_autre prisonnier du stalag
Contact
liens
Partenaires

 

Le régiment a donc cheminé sur les routes de France en cet automne 1939. Les Ardennes nous accueillent pour cet hiver 1939-1940.

Les paysans qui nous hébergent sont très sympathiques. Il faut dire que ces régions ont subies de gros dégats et traumatismes au cours du premier conflit mondial.

Nous couchons avec les chevaux dans les granges sur la paille ou le foin.

Le ravitaillement est correct et le courrier arrive normalement.

Il fait froid en cet hiver, mais pas d'ennemi en vue. Nous nous occupons entre camarades après avoir soigné les chevaux et fait quelques exercices.

Ainsi va la vie, avec peu de nouvelles du front jusqu'au mois de mai, et là branle bas de combat!

On dort dans les granges, avec nos chevaux. Le ravitaillement suivait normalement ainsi que le courrier et les mandats envoyés par la famille aux prix de sacrifices, mais qui amélioraient bien l'ordinaire.

Nous passions le temps en manoeuvres, prises de position, soins aux chevaux et équipements, dont les armes dont il ne fallait pas se séparer. J'avais le fusil mitrailleur qui n'est pas l'arme la plus légère à transporter en chevauchant!

  

Fusil mitrailleur

  

Direction la Belgique où l'ennemi avancerait.

Le 10 mai c'est l'attaque allemande.

Nous voyons passer les avions marqués de la croix noire, quelques chasseurs français ou anglais s'interposent. Nous sommes spectateurs. Néanmoins on entend le bruit du canon.

Cette fois c'est sérieux.

 

retour au sommaire


statistiques Web Statistics

Clicky

 

de l'Alsace à la Belgique
© 2013